Ne scions pas la branche dentaire

 

Le 14 mars 2023,

 

 

En 2017, nous alertions sur les difficultés de la branche dentaire dans un tract intitulé « la branche dentaire a mal aux dents  » en lien avec la diminution drastique des effectifs. Les choses se sont aggravées : nous avons un manque criant de chirurgiens-dentistes conseils (CDC). Contrairement à la baisse des effectifs des médecins conseils, due au manque de candidats, celle des CDC découle d’une volonté politique de la Cnam : de 325 CDC en 2003 à 147 en 2022 avec un objectif cible de 120 !

 

LUTTE CONTRE LA FRAUDE

 

Dans une émission télé, le Directeur Général, Monsieur Fatôme, indique que « la Cnam met le paquet sur les contrôles des centres de santé dentaire déviants ». L’opinion peut être rassurée… quoi que. Plus généralement, l’axe 5 du projet de COG prévoit de « Déployer une stratégie ambitieuse de lutte contre la fraude » : oui, mais avec quels moyens humains ?

 

L’affichage ne correspond pas aux ressources allouées pour la réalisation de ces opérations de grande envergure.

De plus, l’accent est mis sur la recherche de fraudes, et les preuves recueillies devront être juridiquement qualifiables de fraudes. Mais qu’en est-il de la qualité des soins ? Certains CDC de la Task Force Nationale se trouvent en conflit de valeurs et ne souhaitent pas poursuivre l’expérience… Mais auront-ils le choix, dans le futur, de ne plus être « volontaires » ? !!! Et pendant ce temps où l’on « met le paquet » sur les centres dentaires déviants, on laisse dans la nature des professionnels de santé libéraux super déviants, qui, faute de ressources pour les contrôler, continuent à nuire aux assurés et engagent des remboursements potentiellement indus.

 

ACCOMPAGNEMENT

 

Il est bien loin le temps où il y avait au moins un chirurgien-dentiste conseil par département. Les chirurgiens-dentistes libéraux pouvaient alors avoir un interlocuteur du service médical en proximité et connu. 

 

Pour siéger dans les commissions paritaires locales dans les départements sans CDC, on sollicite ceux qui restent ; ce qui accroit un peu plus leur charge de travail déjà bien lourde. L’employeur nous dit aujourd’hui que les mesures conventionnelles d’entraide (5 points à la journée) ne s’appliqueront pas. Le Snpdos-CFDT dénonce cette application trop restrictive du texte, qui pénalise d'ailleurs l'ensemble des praticiens conseils !

 

L’activité d’accompagnement dentaire souffre à la fois du manque d’effectif et de visibilité. En effet, pourquoi la « campagne antibiotiques », sur laquelle il y a un enjeu majeur de santé publique, (toujours en stand-by sans que l’on sache bien pourquoi), n’est-elle pas inscrite au contrat pluriannuel de gestion (CPG) ? C’est incompréhensible voire délétère pour notre branche dentaire…

 

Le Snpdos-CFDT demande à la Direction de la Cnam de revoir sa politique de recrutement en matière de CDC : en effet seuls 10 recrutements sont prévus pour 2023… avec tous les départs annoncés en retraite : on se pince !

Rejoignez le SNPDOS CFDT, un syndicat au plus proche des préoccupations des Praticiens Conseils

Copyright ©. Tous droits réservés.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.