ADD relégués, stratégie déléguée 

Une Sécu sous influence ?

 

Le 19 avril 2022

 

Les agents de direction sont de moins en moins consultés, associés, informés des grandes réformes qui transforment la sécurité sociale, son organisation, son pilotage, ses missions.

 

Le Snpdos a déjà affirmé la nécessité de contre-pouvoir face aux tutelles omnipotentes et centralisatrices qui ont progressivement « confisqué » leur droit de parole aux agents de direction.

Ainsi, le quotidien des équipes locales « dirigeantes » consiste surtout à faire fonctionner l’organisme et à poursuivre des objectifs toujours plus ambitieux, malgré les réductions budgétaires, le contingentement des effectifs, le verrouillage des budgets, la doctrine sociale imposée… et en évitant, bien sûr, les initiatives territoriales !

 

On assiste, également, depuis quelques années, à la relégation relative de la fonction d’agent de direction dans la plupart des caisses nationales. Le rôle des agents de direction tend à se réduire à la supervision des équipes et à l’organisation du travail dans l’urgence, avec des commandes ponctuelles qui se multiplient et se contredisent, des procédures notamment de reporting qui s’alourdissent considérablement et des ressources qui subissent des coupes claires, dans un contexte de management rendu plus complexe pendant la crise sanitaire. Moins associés à la construction des dispositifs, les agents de direction encourent le risque de devenir désormais, pour le compte des directions générales, de simples plastrons et, aux yeux des équipes, une sorte d’agents de maîtrise.

 

La situation est aggravée par la multiplication, au sein des comités de direction, de recrutements de cadres dirigeants qui ne sont pas issus de l’institution, ni même de l’administration, et qui méconnaissent quelquefois les principes et les usages du service public. 

 

L’étatisation de la Sécurité sociale est certes engagée de longue date. Il importe néanmoins de protéger l’autonomie relative de nos organismes. 

 

Sur la prévention des conflits d’intérêts, le respect de la laïcité et de la neutralité politique, ou encore la lutte contre toutes les discriminations, le SNPDOS-CFDT a dû formuler plusieurs mises en garde solennelles ces dernières années.

 

Enfin, la réduction des effectifs au profit d’un recours excessif à des cabinets externes de conseil, dont l’intervention est à la fois onéreuse pour les finances publiques et problématique au regard de l’éthique, vient d’être vivement contestée par un rapport parlementaire. Nous ne devons pas nous résoudre à la domination des experts. Car, « l'expertise, c'est le refus de la délibération publique et de la démocratie »(Julie Cagé, Professeure d’Économie au département d’Économie de Sciences Po Paris, co-directrice de l’axe « Evaluation de la Démocratie » du Laboratoire Interdisciplinaire d’Evaluation des Politiques Publiques et Chercheuse affiliée au Center for Economic and Policy Research).

De nombreux philosophes ont, depuis longtemps, analysé l’emploi d’experts. Ainsi, John Dewey écrivait au début du XXème siècle « tout gouvernement par les experts … ne peut être autre chose qu’une oligarchie gérée en vue des intérêts de quelques-uns »

 

Alors que vont être négociées les prochaines conventions d’objectifs et de gestion (COG), il est grand temps de se saisir de cette question dans nos organismes. C’est aux agents de direction, et pas à des prestataires de services, qu’incombe la responsabilité de développer les innovations stratégiques de nos organismes.

 

Le SNPDOS-CFDT n’a pas vocation à tenir des positions corporatistes. En défendant le service public de la Sécurité sociale et ses valeurs, le SNPDOS-CFDT défend l’ensemble de ses usagers et l’intérêt général. 

En défendant, les conventions collectives, il veille aux intérêts matériels et moraux des salariés. 

 

A cet égard, la situation est préoccupante.

La convention collective des agents de direction est souvent bafouée. En témoignent les recrutements sans publication de vacance de poste, pour lesquels le SNPDOS-CFDT a d’ailleurs obtenu la condamnation d’une Caisse nationale. 

Cette première victoire juridique en appellera bientôt une autre car la Cnam persistant dans ses infractions, le Snpdos-CFDT a décidé d’assigner, à nouveau, la Cnam pour exiger le respect de notre convention collective, sous astreinte judiciaire, s’il le faut.

 

Pour le SNPDOS-CFDT, un des enjeux majeurs de l’élection des représentants des ADD à la commission paritaire nationale d'interprétation (CPNI), qui se déroulera par vote électronique du 30 mai au 3 juin 2022, c’est de revaloriser la fonction d’agent de direction.

Pour faire respecter et avancer les droits des ADD,

Le SNPDOS-CFDT est un syndicat fort 

et réellement représentatif de notre profession.

Le SNPDOS-CFDT vous défend et défend vos intérêts.

Copyright ©. Tous droits réservés.

Nous avons besoin de votre consentement pour charger les traductions

Nous utilisons un service tiers pour traduire le contenu du site web qui peut collecter des données sur votre activité. Veuillez prendre connaissance des détails et accepter le service pour visualiser les traductions.